Le nombre de terroristes parrainés par les puissances occidentales a été multiplieé par 4 en 20 ans selon Center for Strategic and International Studies (CSIS), Centre d’études stratégiques et internationales, consacrée au terrorisme et reprise cette semaine par le site intelnews, est assez inquiétante.

Le rapport de 70 pages, intitulé «L’évolution de la menace djihadiste wahabbite" montre que c'est après les pertes américaines et françaises au Liban( 400 soldats mort par deux camion suicides )que la mouvance judéo chrétienne Reaganiste a opter exploiter les conflits chiites-sunnites pour imploser les pays arabes dans l'attente du retour du Messie 
les cas de "sponsoring" de terrorisme sont celui de Nosra, de l'EI armés par la France et les USA à partir de la Jordanie; ces terroristes n'ont jamais inquiété l'entité sioniste voire m^me ils ont été soignés dans les hôpitaux militaires sionistes. L'étude démontre que ces terroristes sont recrutés soit par le biais du courant wahabbites saoudiens soit dans les banlieues des grandes ville européennes de mouvances sunnites est aujourd’hui 270% plus important qu’en 2001, au moment des attentats du 11 septembre. Autrement dit, il y a quatre fois plus de militants islamistes sunnites aujourd’hui dans le monde qu’il y a 20 ans.
Cette étude se fonde sur des informations provenant de bases de données remontant jusqu’à 40 ans en arrière et met en avant le fait que malgré une perte territoriale de l’Etat Islamique en Irak et en Syrie, le «militantisme armé sunnite est loin d’être défait».

Selon le rapport du CSIS, «le nombre de djihadistes salafites – des partisans de la lutte armée contre ce qu’ils perçoivent comme les ennemis de l’islam – a légèrement baissé par rapport à 2016 mais reste à son niveau le plus haut sur les 38 dernières années». Il estime qu’il y a aujourd’hui environ 230 000 djihadistes salafistes dispersés dans 70 pays. La grande majorité est basée en Syrie (jusqu’à 70 500), Afghanistan (64 000) Pakistan (40 000) et Irak (environ 15 000). On trouve près de 30 000 militants en Afrique, essentiellement en Somalie, au Nigéria et dans la région du Sahel.

L’image contient peut-être : une personne ou plus, voiture et plein air