lettre ouverte de Suzanne Berliner Weiss,

Merci d’avoir présenté des excuses tardives du Canada aux Juifs d’Allemagne qui cherchaient refuge ici en 1939 alors qu’ils fuyaient désespérément la machine à assassiner nazie assistée par les enfants de Pétain. Malheureusement, vos excuses sonnent creux lorsque, au nom des Canadiens et de l’ensemble du peuple juif, vous dénoncez la campagne non violente de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), que les Palestiniens et leurs partisans du monde entier utilisent pour faire pression sur leurs persécuteurs et contraindre les colonisateurs israéliens à respecter les droits de l’homme des Palestiniens et à se conformer au droit international

La campagne BDS incarne des valeurs humanitaires qui nous tiennent à cœur en défendant les victimes palestiniennes de l’occupation illégale par Israël de leurs terres, en protestant contre leur traitement inégal en Israël et en soutenant leur quête pour être libérées de la plus grande prison à ciel ouvert du monde, où elles se trouvent confinées à Gaza. Votre expression de regret de “l a dureté de la réponse du Canada ” en 1939, serait plus convaincante si vous parliez avec une empathie égale des Palestiniens non armés qui sont abattus par des tireurs d’élite israéliens lors de leurs marches de protestation non violentes.

En tant que survivante de l’Holocauste, je suis vivante aujourd’hui parce que j’étais cachée en France è l’intérieur du territoire nazi par des agriculteurs inspirés par l’amour de l’humanité. Nous devons tous faire preuve de solidarité humaine, ce que le Canada n’a pas démontré en 1939, pour contrer la persécution et les souffrances de tous les peuples affligés, y compris les Palestiniens.