La crise du Parlement est aujourd'hui une crise fabriquée et un plan diabolique élaboré par de personnes insatiables  mangeant à tous les râteliers .....

Comment au moment de la discussion de la Loi-Budget 2019 on organise une grève qui ne dit pas son nom: c'est un cercle vicieux: Les députés ont retiré la confiance du président de l'Assemblée populaire nationale et Bouhadja qui a refusé de démissionner 

L'object  est arriver à dans un vide juridique: le législateur algérien n’a pas discuté de son mécontentement, c'est avant tout un chef d'exécutif qui fustige le chef du legislatif .
Bien sûr, toutes les activités parlementaires sont  suspendues du débat sur les projets de loi, lois financières et lois complémentaires, etc. et seuls protestent ceux concernés par la diplomatie car des voyages de marco polo étaient en vue..

c'est une question de gros sous: Bouhdaja voulait une hospitalisation à Paris, le SG du parlement lui a fait du mécontentement des khobzistes qui voulaient une dotation en devises; Bouhadja est tombé dans le piège en virant le SG

En tout cas il y aura une décision présidentielle , la loi de finances 2019 sera  ratifiée par le président avant le 31 décembre 2018 avec ou sans les khobzistes.car elle concerne l'entretion des préoccupations de  40 millions   d'habitants
.
Entretemps les ruades entre  ânes députés  va continuer ; la baraka seule fera vivre cette nation
✔️