Netanyahu veut dédouaner Hitler et incriminer le Mufti d'Al Quds Aksa pour la Shoah; le crapauds d'arabes se taisent mais des personnalités juives dénoncent une falsification de l'Histoire par les sionistes

LEXPRESS.FR
Hitler ne voulait pas exterminer les juifs, seulement les expulser, a déclaré le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, mardi. C'est le mufti de Jérusalem, Amin al-Husseini, qui lui a soufflé l'idée de la Solution finale.

 

Hitler ne voulait pas exterminer les juifs, seulement les expulser, a déclaré le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, mardi. C'est le mufti de Jérusalem, Amin al-Husseini, qui lui a soufflé l'idée de la Solution finale.

Devant l'assemblée du 37e Congrès sioniste, mardi à Jérusalem, Benyamin Netanyahu a suscité la controverse en faisant porter une part de la responsabilité de la Shoah à un dignitaire religieux musulman, Haj Amin al-Husseini. A l'origine, "Hitler ne voulait pas exterminer les juifs, seulement les expulser", a-t-il déclaré. C'est le mufti de Jérusalem qui a soufflé à Hitler l'idée d'exterminer les juifs plutôt que de les chasser d'Allemagne, assure Netanyahu. "'Si vous les expulsez, ils viendront tous ici [en Palestine]. 'Alors que devrais-je faire d'eux?' demanda Hitler. Il répondit : 'Brûlez-les'", raconte le Premier ministre israélien, évoquant une rencontre entre les deux hommes à Berlin. 

Benjamin Netanyahu a raconté cette "anecdote" alors qu'il tenait un discours portant sur les dix grands "mensonges" que doit combattre Israël aujourd'hui. Il était en train d'expliquer que le mufti Haj Amin al-Husseini affirmait déjà, à l'époque, qu'Israël voulait détruire la mosquée al-Aqsa, pour mobiliser le monde arabe contre les Juifs au Moyen-Orient. Des propos du mufti qui illustrent justement l'un des "mensonges" dénoncés par le dirigeant israélien.  

"Netanyahu dédouane Hitler pour l'Holocauste"

Ces propos ont provoqué la polémique et plusieurs intellectuels ont accusé Benjamin Netanyahu de dédouaner Hitler tout en rejetant la faute côté palestinien. 

"Même le fils d'un historien doit être précis lorsqu'il s'agit d'histoire", a écrit sur sa page Facebook le chef de l'opposition travailliste Isaac Herzog, faisant allusion au père de M. Netanyahu, Benzion, spécialiste de l'histoire juive, décédé en 2012. Il a qualifié les mots de Benjamin Netanyahu de "déformation historique dangereuse (...) minimisant la Shoah, les nazis, et la part qu'Adolf Hitler a prise dans la terrible tragédie qu'a subie notre peuple pendant la Shoah". Il lui a demandé de corriger "immédiatement" ses paroles. 

"Sans rire: Netanyahu dédouane Hitler pour l'Holocauste, et dit que le mufti palestinien lui a mis l'idée dans la tête", écrit le rédacteur en chef de l'édition anglophone du quotidien Haaretz.  

>> lire les réactions et réfutations des arguments de Netanyuahu  

L'historienne en chef du mémorial Yad Vashem pour la mémoire de la Shoah, à Jérusalem, a de son côté estimé que les propos du Premier ministre n'étaient pas "historiquement exacts". "Ce n'est pas le mufti, même s'il avait des positions antijuives très extrêmes, qui a donné à Hitler l'idée d'exterminer les juifs", a déclaré Dina Porat. "Cette idée est bien antérieure à leur rencontre de novembre 1941. Dans un discours au Reichstag le 30 janvier 1939, Hitler évoque déjà 'une extermination de la race juive'", a-t-elle dit.