L’amiral Laurent Mérer est un préfet maritime de l’Atlantique à la retraite, l’ex-militaire après avoir servi la France durant des années n’a pas souhaité se retirer pour vivre une petite retraite tranquille et c’est en Palestine qu’il est parti poursuivre le combat, humanitaire cette fois.
Lutter contre la barbarie sioniste c’est l’objectif qu’il s’est fixé aujourd’hui, même si au départ son vœu était plutôt d’aider les églises chrétiennes palestiniennes.

Mais deux mois après son arrivée, les injustices dont il est le témoin vont lui permettre de modifier diamétralement son opinion concernant le conflit israélo-palestinien.
Lorsqu’il vivait en France le conflit n’était qu’un vain mot qu’il ne connaissait qu’à travers l’actualité, mais la vie à proximité des Palestiniens est comme une gifle qui le réveille de sa léthargie et notamment les conditions inhumaines dans lesquelles ils sont plongés quotidiennement.

Le témoignage de cet ex-militaire français donne une autre dimension au calvaire vécu par le peuple Palestinien autant musulmans que chrétiens. C’est sans ménagement qu’il trace un portrait acerbe d’Israël qui se prévaut d’être un pays démocratique. Comment un pays qui a vécu la Shoah peut-il se comporter comme le tyran qui l’a oppressé ?
Aidé de sa femme, l’ancien amiral œuvre à la cause de la population spoliée de ses droits les plus fondamentaux et meurtrie dans sa chair par les exécutions sommaires, par la démolition de ses maisons et le vol de ses terres. Il n’hésite pas à comparer la politique israélienne à un cancer dont les métastases se sont disséminées dans le corps des Palestiniens qui meurent à petit feu.

Laurent Mérer dénonce un contingent considérable de soldats d’origine française engagés dans l’armée israélienne, ceux-ci tuent des enfants Palestiniens sans être inquiétés par le gouvernement français qui reste passif devant l’innommable.
Une angoisse à l’échelle internationale que l’humanitaire ne s’explique pas, d’autant que les pays arabes contribuent par leur silence complice à la mort lente de tout un peuple, un pays.