Ce sont les harkis de Ramallah que l’ambassadeur saoudien en Algérie veut défendre mais ce porc de Sami ben Abdullah Al- Saleh qui a taxé le mouvement de résistance palestinien Hamas d’organisation terroriste ce 11 juillet 2017 , a irrité les algériens , les médias et les différents partis politiques algériens, a rapporté la télévision libanaise al-Mayadeen. Ces derniers ont réclamé sa convocation de la part du ministère algérien des AE, Abdelkader Messahel, qui tarde à réagir

Ces assertions ont été violemment repoussées par les activistes algériens sur les réseaux sociaux qui ont lancé comme hashtag «Bien sûr c’est une résistance » et « Hamas est une résistance non pas du  terrorisme ».

Al-Saleh avait affirmé au cours d’une interview télévisée : «le droit de résistance est garanti par l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et non pas ceux qui habitent dans un hôtel cinq étoiles à Qatar».

resistance_hamas2

Le parti estime, dans un communiqué diffusé sur son site officiel, que le diplomate «a passé outre toutes les chartes arabes et internationale garantissant au peuple le droit de mener la résistance, sous toutes ses formes, contre l’occupant». Le MSP qualifie cette déclaration d’«atteinte» et d’«insulte» à la Révolution algérienne et à ses martyrs. Enfin, le parti islamiste algérien exige des excuses publiques de l’ambassadeur saoudien au peuple algérien d’abord, puis au peuple palestinien et à l’ensemble des pays arabes et musulmans.