La frustrée Yasmina Khadra  sur instruction du Quai d'Oray s'est jointe aux MAKaques pour une propagande à outrance de l'Algérie; lui pour qui le Quai d'Orsay lui trouve facilement les frais d'édition des livres de propagande et vient de publier un rouleau de papier hygiénique intitulé  « Qu’attendent les singes » largement diffusés par le Quai d'Orsay;  Ces néo harkis ont hantés par une haine innée contre l' Algérie. les vrais singes c'est Yasmina Khadra  et les MAKaques qui viennent d'être lachés financièrement par le Makhzen marocain suite à leur position ambigue vis à vis de l'insurrection rifaine. Les traites c'est Yasmina, des Kamel Daoud qui ont mordu le sein de la patrie et ont été engagés comme soudards par la France nostalgérique.

Ils  poursuivent pitoyablement leur mission de chiffoniers fouillant les poubelles : enfait ce ne sont que des novices manipulés l'ancienne puissance jacobine française  

Gloire à Salem chaker, universitaire français d'origine algérienne, chercheur (à l'inalco) et professeur d'université, spécialiste des langues berbères (reconnu d'une honnêteté et d'une probité sans faille) n'a jamais parlé, ni mentionné, ni fait allusion à la langue magrébine (dite arabe, derja) comme dérivée ou substrat du berbère. 

Honte à  Yasmina Khadra confirlme la qualificatif de de plagiaire de deux romans : le psychanalyste confirme Yasmina Khadra de plagiat. Sur son site http://karimsarroub.blog.lemonde.fr/, il qualifie même le dernier roman de Yasmina Khadra, Ce que le jour doit à la nuit, de sous littérature. La victime du plagiat est Youcef Dris, journaliste et écrivain algérien.

Non seulement Yasmina Khadra a plagié le livre de Youcef Dris, mais il s'est même servi d'une photo qui figure dans Les amants de Padovani pour faire sa couverture,