Grand Hommage des Gardiens de la Nation au Chahid Hamdani
L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes debout
L’image contient peut-être : 1 personne, lunettes_soleil et texteL’assassinat du prestigieux moudjahed Hamdani Adda, natif de Tiaret est un des nombreux crimes de guerre suite à la volonté coloniale de passer outre les accords de l’ONU .
Hamdani Adda, , assassiné traîtreusement en compagnie de ses co-détenus, par les sicaires de l’OAS , le 12 janvier 1962, à quelques mois du cessez-le-feu.
Le chahid a commencé à militer avec le FLN en 1956 Hamdani Adda avait été un responsable qui planifia des attentats à la grenade, aux bombes piégées dans la ville de Tiaret
Il a été appelé au maquis en 1957. Très dynamique ,Il devint rapidement officier-chef de zone de 1957 à 1959.
Suite à une embuscade et après un combat acharné il a été a arrêté le 4 décembre 1959 
Il a été tenté de négocier sa reddition par un vrai militaire Pierre Rocolle, un colonel de l’armée, chef du 31ème GCP, signa un document dans lequel il engagea sa parole d’officier.
Hamdani Adda est un prisonnier de guerre ainsi que ses compagnons d’armes. Le cycle honteux et indigne se profila à la vitesse de l’éclair. Le parjure, une spécialité coloniale se fortifia car le pouvoir colonial désavoua le colonel, lui reprochant de manière véhémente, d’avoir paraphé un document dédaigné insidieusement. Hamdani Adda n’avait jamais été confronté au colonel Rocolle et pour cause. Le maquisard fut condamné à la peine capitale par une « justice » aux ordres.
Les procès se succédèrent, le fameux billet réclamé par les avocats de Hamdani Adda fut dissimulé et on ne pourra plus en déceler la trace. 
Les parents du détenu ont pris le soin de faire copie de la pièce et la confièrent aux avocats chargés de la défense de Hamdani Adda. Ce sont maîtres Vergès, Mourad Oussedik et Abdessamad Bouabdallah qui tentèrent de soustraire le moudjahed d’un trépas inéluctable.
Ils dénoncèrent la vindicte juridique, orchestrée sciemment pour le liquider.
Ils publièrent un petit document pour alerter l’opinion publique sur un crime annoncé. Hamdani Adda tomba malencontreusement de Charybde en Scylla. Après le putsch des généraux, du 23 avril 1961, l’OAS qui en est le bras armé, se chargea de tuer froidement Hamdani Adda en le brûlant vif ainsi que quatre de ses codétenus, après l’avoir enlevé de la prison d’Oran. C’est ce que reconnut Edmond Jouhaud, général factieux, au cours de son procès.
Source : Amar Belkhodja

 Mots clés : Abdessalem Bentouati , wali de Tiaret, anp algérie, algeriepatriotique.com.algeriepatriotique.com, Abdelaziz Bouteflika, Abdelmalek Boudiaf, Abdelmalek Sellal, amabssadeur de france à Alger, Bernard Emié, france Algérie abdelkader bentouati, histoire algérie, ministre des moudha, Université d'Oran, Xavier Driancourt, ministre des moudhahidinesministère des moudjahidinestayeb zitouniوزارة المجاهدين-الجزائروزير المجاهدين