Daech se prépare à commettre des attentats en Turquie et dans les pays du Golfe

25 Dec, 2016 | 14:11  |  14
Un kamikaze s'est fait exploser près d'une mosquée en Arabie Saoudite. D. R.

Un kamikaze s'est fait exploser près d'une mosquée en Arabie Saoudite. D. R.

L’alerte est à son maximum en Turquie et dans les pays du Golfe que l’organisation terroriste autoproclamée Daech a juré de noyer dans le sang. Des imams ayant juré fidélité à Abou Bakr Al-Baghdadi, le sinistre chef de Daech, n’ont pas arrêté d’appeler depuis vendredi leurs cellules dormantes à commettre des attentats dans ces pays et à mettre à feu et à sang toute la région. «Préparez-vous à vivre l’enfer. C’est imminent. Nous passerons très bientôt à l’action», ont-ils promis.

Selon de nombreux médias arabes qui rapportent l’information, les idéologues de Daech s’en sont pris à la Turquie et à son Président, Recep Tayyip Erdogan. Depuis Mossoul, un idéologue de l’organisation criminelle a exigé qu’on lui fasse payer le prix de sa trahison et de sa collaboration avec les croisés.

Daech a toutes les raisons d’en vouloir particulièrement au «sultan» de la Turquie. Avant de tourner casaque et de rejoindre la coalition internationale anti-Daech, ce sont les hommes d’Al-Baghdadi qui ravitaillaient clandestinement en pétrole bon marché son pays. La Turquie et Daech travaillaient, par ailleurs, main dans la main pour faire tomber le régime de Bachar Al-Assad. Bien plus que cela, Ankara était allé jusqu’à accepter de faire de son territoire une base arrière de Daech et d’Al-Qaïda. C’est grâce à la Turquie que des dizaines de milliers de terroristes ont pu rejoindre le théâtre des opérations syrien.

Les mêmes sources précisent que les sermons des imams de Daech étaient d’une violence inouïe. Dans l’un des sermons donnés dans une mosquée située à l’ouest de Mossoul vendredi dernier, le nom du président turc Recep Tayyip Erdogan a été cité nommément plusieurs fois. L’auteur des menaces a même promis «plus de sang en Turquie et davantage de soldats turcs tués». Daech a déjà tué et brûlé plusieurs soldats turcs en représailles à la participation de la Turquie à la coalition anti-Daech dirigée par les Etats-Unis.

Les médias arabes ajoutent qu’Abou Bakr Al-Baghdadi a instruit ses éléments de rester là où ils se trouvent, plutôt que de rejoindre Mossoul, cela dans la perspective de mettre le feu aux quatre coins du Moyen-Orient. «Restez dans vos pays respectifs et attendez mon signal pour frapper», leur aurait demandé le chef de Daech, qui a annoncé, par ailleurs, la création de dix nouvelles «wilayas» au Moyen-Orient.

Khider Cherif