Une noble jeune martyr jetée à la Seine par la police française fasciste sur ordre de Papon le 17 octobre 1961; aucune commémoration des martyrs par les khoobzistes du FLN du voyou malfrat Saidani Amar

L’image contient peut-être : 1 personne , gros plan
Algérien & Algérienne avec Muste Aouicha.

Elle s'appelle Fatima Beddar, c'est la plus jeune Martyr jetée dans la seine par la Police de France le #17octobre1961 :/

Elle avait 15 ans et Elle a manifesté en cachette de ses parents pour l'Algérie :'(

Capture Google Maps

Une jeune fille a été violemment agressée alors qu'elle mangeait sur un banc, aux abords de l'île Saint-Louis en plein cœur de la capitale, avant d’être poussée dans la Seine.

Mercredi soir vers 21 heures, une lycéenne a été brutalement prise à partie par une bande de cinq jeunes à peine majeurs. L'adolescente, âgée de 17 ans, pique-niquait sur un banc, non loin de l'île Saint-Louis à Paris, quand quatre garçons et une fille l'ont abordée,rapporte “Le Parisien”.

La bande lui demande d'abord une cigarette, puis de l'argent. Face à des jeunes de plus en plus agressifs, la lycéenne reçoit des gifles dans la tête, des coups de poing et des coups de pied, jusqu’à se faire arracher les cheveux. Elle n’est malheureusement pas au bout de ses peines. Après ce déferlement de violence, ils la jettent à terre pour lui arracher son sac à main avant de la pousser dans la Seine et repartir en courant.

Une plainte déposée le lendemain

L’adolescente sort de l’eau, hébétée. Il lui reste juste son téléphone dans la poche. “J’ai fait le 18 pour appeler la police. Les policiers ont décroché mais ils ne m’entendaient pas car mon portable avait pris l’eau”, a raconté la jeune lycéenne au quotidien.

C’est finalement une passante qui l’aide à se relever et appelle les secours avec son téléphone. La victime est transportée à la Pitié Salpêtrière (XIIIe). La bande d’agresseurs a quant à elle disparu avec son sac à main et son porte-feuille contenant ses cartes bancaires et papiers d'identité. Jeudi 20 octobre, la jeune fille a porté plainte puis s'est rendue aux urgences médico-judiciaires pour établir une incapacité totale de travail (ITT).