article reflexion

La réalité du livre "voyage aux porte de l'enfer" commémorer sur le terrain à Sfisef (ex Mercier Lacombe) Wilaya de Sidi Bel Abbes : Lila Benzaza traite d’un sujet très douloureux d’une époque qu’on a appelée la décennie noire d’abord applaudi par certains occidentaux. Mais aujourd’hui le terrorisme qu’a connue l’Algérie et quel a surmonté a eu une contamination dé meurtrière en Ocident

Tout le monde se sentait en sursis de mort face au terrorisme aveugle mais l’auteur raconte la catégorie la plus fragile celles des femmes qui cherchaient le pain quotidien en particulier dans l’enseignement en zone isolée ou rurales ; beaucoup de routes étaient devenues désertes

Malika, La vieille Yamna et les autres femmes innocentes étaient victimes d’une l’angoisse grandissante qui les menaçaient chaque jour qu’elles quittaient le domicile ; chaque jour elles priaient invoquant le Seigneur de les protéger 
Mais La peur au ventre, elles défiaient avec grand courage ce triste destin, ne sachant pas si elles retrouveraient leurs foyers le soir, s’il y aurait un retour pour elles.


Elles tenaient à travailler, elles étaient fières et refusaient la charité des proches et souvent pour jouir d’une liberté de s’assumer et parfois la mort était au rendez sur leur chemin.

Combien de bus de véhicules brûlés avec des corps calcinés !! tel était le triste décors peint l’auteure : Une dizaine d’autres personnes étaient dans ce bus. Tous appréhendaient cette triste fin et toutes un étaient bien conscients du danger réel qui pouvait surgir n’importe quand etn’importe où. Chacun son histoire, mais toutes avec une fin identique les unes aux autres. La 
mort en ce temps là était devenue une chose presque naturelle tant elle était cyniquement banalisée dans les plateaux des informations des chaînes de télévision occidentales et finit par une des paroles cyniques telles » le qui tue qui »
répandue comme une tempête violente qui s’abat quelque part pour y rester des

Ce livre est aussi programmée pour le prix du roman de langue: Arabe, Français et Amazigh  le 22 octobre, sponsorisée par la fondation de "La maison de Dib" Au Méchouar à Tlemcen.