Lila Maata Benzaza née au sein d'une famille de nationalistes et maquisards a entièrement été dévouée au service du pays en raison de la noblesse de ses ancêtres ; cette Pnélope des temps modernes a été trés engagée dans les années  1990sous forme d'écrits  en fait , elle a: écrit un roman dénonçant la décennie noire ce qui est vrai puisque ce roman sera en compétition bientôt! Son titre est ."Voyage au bout de l'enfer" pour apporter sa contribution décisive à la lutte antiterroriste et annihiler définitivement  la folie des intégristes fanatisés qui voulaient détruire l’Algérie pour l’abaisser au  niveau de leur archaïsme .

Bien qu'ayant perdu son mari le jour de l'anniversaire de leur mariage en 1984, Lila Maata Benzaza  avait une force de cractère pour se relever ; elle a été  comme  une militant sournoise de la condition de la femme  elle a  évoqué le parcours exceptionnrifié sa vie pour le bien être tout comme d'autres femmes, avec d’autres femmes dont Akila Ouared, Salima Bouaziz, Malika Benchenouf et Guermia Ferria.

Zineb, mère courage de Lila Benzaza 

 


Comme dans la plupart de ses écrits le personnage principal de ce roman, Zineb, est une jeune " bella pastorella" gardant le troupeau d' une famille aisée dans une vallée . Son destin allait changer lorsqu'elle est éprise  d'un jeune paysan répondant au nom de Bachir, elle le suit dans la montagne où il vit pour y fonder une famille. Mais la fille des plaines s'habitue difficilement à la rudesse de la vie montagnarde. 
Les gens sont rustres et sa belle-famille se montre plutôt hostile à son égard, notamment sa belle-sœur Houria qui ne rate pas une occasion pour lui faire subir le calvaire. Heureusement pour la mariée, Bachir est un époux aimant. Les années s'écoulent dans la monotonie d'une vie simple mais dure, déroulant ses peines mais aussi ses joies. Dans le cœur de Zineb, une blessure inguérissable : ce fils unique parti un matin poursuivre des études mais qui jamais plus ne donnera signe de vie.

Ce livre est l'épancehment de la souffrance vécu par l'auteure après la perte de son mari  Hadj Benabdallah Benzaza , premier directeur  de l'Institut de Technologie , , Il se retirera après une carrière bien rempli où il développa l'élevage avicole dans sa ferme à  Aïn Nouïssy dans la wilaya de Mostaganem Il est mort le 30 octobre 1984, à l'âge de 43 ans, dans un accident de voiture, sur la route de Sig

Commentaire de l'auteure:  Cette écrivaine avait dénoncé le terrorismes dans l'un de ses écrits "Voyage au bout de l'enfer". Son mari est mort en service commandé et n'a jamais eu d'élevage à part celui dont il s'occupait et qu'il avait développé au sein de L'ORAVIO" en modernisant l'aviculture.