Le renégat Smaine cheveux longs de face entrain de faire l'interrogtoire d'un moudjahed capturé par le Commando Georges

Parmi les renégats Youcef ,Riguet et Smaine , j’ai un souvenir assez précis de ce dernier : ce fut au lendemain du 19 mars 1962 ,on avait arrêté les cours et comme tout enfant je me promenais avec un « fusil » sculpté sur une palme de dattier.
Je vis soudain une horde d’habitant Doui Thabet poursuivre un homme sortant d'une maison de rendez aux traits européen qu’ils avaient débusqué battant sa femme de mœurs légère. 

Il courrait comme un forcené lorsque il arriva à ma hauteur je lui lançais mon « fusil » entre les jambes il trébucha mais continua sa course,mais on arriva à le maîtriser au niveau de l’ancien abattoir de Saida et il fut lynché avant d’être jugé par un « tribunal » rapidement improvisé dirigé par un quadragénaire du nom de Sayah : il y avait du sang qui coulait de son arcade sourcilaire ;il implora la pitié et demanda le pardon pour avoir battu sa femme et comme les saidéens étaient humains il fut relaché dans la soirée et embarqua vers la France

les renégats recrutés par le commando ont des parcours divers. Pour la plupart, il s’agit d’anciens membres du FLN ou de l’ALN. Ahmed Bettebgor, dit Smaïne, issu de l’École des cadres du FLN, à Youcef Ben Brahim, responsable du convoyage d’armes et de fonds entre le Maroc et les wilâyas 3 et 6

Ancien instituteur au Maroc, Smaïne était opérateur radio dans le maquis, une fonction que la panne de son matériel rendit vite sans objet. Ressemblant quelque peu à un européen,

Je me souviens alors que nous étions des enfants très curieux l’entendre au barrage fixe de Doui Thabet ruminer dans sa radio des choses comme « allo Georges ,roulette de Riguet.. » mais on ne pouvait « décoder »

Sous l'effet du hasard , il fut débusquer avec un groupe de Moudjahidines qui s’enfuirent mais lui il se rendit au commando Georges et cette reddition engendra la perte de toutes les caches d’armes des moudjahidines

Disposant ses hommes à couvert, il fait tirer à tout va sur les rebelles. Ceux-ci ne doivent leur salut qu'à une fuite éperdue dans un terrain tourmenté qu'ils connaissent bien. Mais quelle "trouille". 

Quelques mois plus tard, Smaïne est dans le camp du Commando Georges.

La formation des commandos Georges (ferme Carafon) et Cobra (Ain el Hadjar) s’inscrit dans un contexte où l’armée française n’est pas du tout préparée à la guerre révolutionnaire et guerilla . Seuls quelques-uns de ses éléments, pour l’avoir pratiquée au Vietnam, sont conscients de son importance ; d’autant que, face à eux, le FLN forme ses jeunes recrues à la lutte des maquis et prépare les meilleurs d’entre eux à l’action politique, via son école des cadres de Larache.

Grillot, avec l’accord de Bigeard, développe son commando à partir d’éléments ralliés, comme il l’avait fait en Indochine. Il base son action sur la confiance. Tout commence lorsque, pour sonder leur fiabilité, il met sa vie en jeu en passant la première nuit parmi cinq prisonniers dont Youcef Ben Brahim, chef de bande qui était jusqu’alors retenu à Tiaret. Grillot laisse son pistolet automatique à portée des cinq Algériens. Resté sain et sauf, Grillot est certain, le lendemain, d’avoir gagné leur loyauté et leur respect.

Smain était un technicien des télécommunications . je me rappelle de lui pour avoir participer à son lynchage le lendemain du 19 mar 1962 alors qu'il sortait d'une maison de rendez vous de VNDT : il n'a pu être sauvé que grâce à l'intervention de vieux sages qui nous ont dit de respecter la Clémence de Dieu: il a été pris en charge par hélicoptère jusqu'à Mers el Kébir puis évacué par bateau vers la France: comme parlait dans "T39" , il répétait ces mots de codes "Allo Georges roulette de Riguet"....Le sinistre harki Brahimi a été avec Smain et Youssef Benbrahim les seuls harki exfiltrés par la France pour vivre dans des ghettos de renégats en France il faut signaler que les accords d'Evian ont ignoré le sort des harkis
 Il termine sa carrière militaire en France en 1995 avec le grade de capitaine. Il est encore en vie et se cache quelques parts en France . Il a peu de contacts , très discret et n'utiliser jamais les réseaux sociaux par crainte d'être repérer. Il a la hantise permanente d'être abattu par ses anciens collègues de L'ALN et ses anciennes victimes innocentes . Rangé par les remords tardifs , il sombre dans un alcoolisme chronique. Ya qatel errouh win etrrouh.