Des passifs passagers du vol Air Algérie (AH 2015)  du dimanche 5 juin, en provenance de Barcelone, ont été très maso et subit de gros désagréments à leur arrivée à l’aéroport international Houari-Boumediene d’Alger. Le vol n'a pas respecté l'éthique en bloquant des passagers à l'intérieur de la carlingue surchauffée respectécomment parler  satisfaction des voyageurs moi je lui aurai crié et le gros Drabki "dégage à Neuilly

les poltrons de passifs passagers ont dû patienter plus de trente minutes à l’intérieur du zing, dans une chaleur étouffante. La cause de cette longue attente ? Personne ne pouvait descendre avant que le véhicule du capo du FLN, Amar Saïdani, qui voyageait à bord de ce vol, n’arrive jusqu’au pied de l’avion sur le tarmac pour le transporter en VIP. Les passagers, particulièrement ceux qui voyageaient avec des enfants, excédés par ce traitement de faveur qui les pénalise, ne se sont pas privés de le traiter de tous les noms d’oiseaux (l’un d’eux a réalisé une vidéo dont il a transmis une copie à Liberté). Une autre personnalité politique, l’ancien ministre du Commerce et secrétaire général du MPA, Amara Benyounès en l’occurrence, a pris son mal en patience  sur son siège de première classe jusqu’à ce que Saidani libère enfin l’avion. Pour éviter davantage de débordements, deux accès ont été ouverts pour la sortie des passagers. Des membres du personnel au sol d’Air Algérie leur ont contrains de présenter des excuses. ces cons