AFP

Cette fraude  a été égalment l'oeuvre du rabbin Laurent Fabius, de la sainte nitouche Michèle Delaunay, et  et du guignol François Hollande ont tous reconnu le payer ou l'avoir fait dans leur vie. Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron rejoint le peloton des Fraudeurs professionnels après avoir été rattrapé par le fisc.

Sa récente sortie sur la pertinence de l'ISF prend une autre dimension. Le ministre de l'Economie, dans un entretien accordé à la revue “Risques”, avait déclaré en avril “préférer la taxation sur la succession aux impôts de type ISF”. Il doit désormais s'en acquitter. Il a en effet sous-estimé, ces dernières années avec son épouse, son patrimoine immobilier. Ils sont tous les deux rattrapés par le fisc.

Le seuil fatidique d’1.3 million d’euros

Selon Mediapart et Le Canard enchaîné, des vérifications ont été effectuées après l'entrée au gouvernement d'Emmanuel Macron. L'administration fiscale a réévalué les biens du couple qui a franchi le seuil de l'ISF fixé à 1.3 million d'euros d'actifs nets taxables.  

Le site d’information explique que le ministre de l'Economie aurait eu une longue discussion avec le fisc concernant la valeur de la demeure de son épouse. Emmanuel Macron aurait finalement plié en déposant une déclaration rectificative pour 2013 et 2014.

“Ils n'ont fait l'objet d'aucune notification de redressement”, a déclaré le cabinet du ministre auprès de Mediapart. “La situation fiscale de M. et Mme Macron est tout à fait régulière, toutes les déclarations auxquelles ils sont assujettis ont été effectuées.”

Moins de 10.000 euros

En franchissant ce seuil de 1.3 million d'euros, le couple devrait s'acquitter de moins de 10.000 euros en plus car la première des tranches de l'ISF n'est que faiblement taxée, conclut Mediapart.