Je n'ai pas de sympathie pour la presse algérienne privée exception faite du quotidien L'expression ;  le ministre avocat des pauvres Drabki crie à celui qui veut l'entendre «il existe une certaine presse qui verse toujours dans le sensationnel».  éviter le sensationnel c'est ne pas rater une occasion de se taire surtout quand il s'agit d'un prestigieux Général acculé par une médiocratie drabkiste tout ce qu'il y a de médiocre; j'admirais vos intervention au cinéma el Feth à Saida suite à une invitation de la ravissante Aicha Bouabaci et j'ai fait mon decoir civique envers vous.

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, s'est, à partir d'Oran, Lavec la conscience de Caen regrette peut être d'avoir essayé de tuer le premier pasteur Toufik notre Abel en Algérie et plutot que de s'excuser il nous conseille de «consommer l'information avérée» alors ne faites pas le hérault des drabkistes.

«l'info vérifiée est toujours positive et cela évitera inéluctablement d'induire les auditeurs et lecteurs dans l'erreur». Alors le retour à la raison est une qualité ; voyez comment le général Toufik a été acueilli lors des obseques de l'Homme des valeurs AiT Ahmed qui n'a rien demandé à L'Algérie lui qui n'est pas né à Tunis a publié son patrimoine et certainement il n'a pas un somptueux pied à terre à Neuilly; un point noire dans votre biographie...