L'Algérie n'a pas de soucis en matière d'émission de carbone car elle a été classée 33ème émetteur de carbone au monde en 2014 avec l'émission de 147 millions de tonnes (Mt) de CO2, soit 0,41% des émissions mondiales, indique un rapport mondial élaboré par l'organisme international "Global carbon project". Ce rapport note une légère hausse de l'ordre de 2,8% des émissions globales de dioxyde de carbone de l'Algérie en 2014 par rapport à 2013 (143 Mt). Par habitant, les émissions du CO2 en 2014 ont atteint 3,8 tonnes contre 3,7 tonnes en 2013 dans le pays.

Les engagements pris à la réunion sur le réchauffement climatiques COP 21 n'entraveront pas l'activité industrielle en Algérie qui doit, cependant, "arracher sa part de financement", a souligné le directeur du Centre de développement des énergies (CDER), Noureddine Yassaa. "Cet accord n'est pas contraignant par rapport à la politique nationale en matière de développement industriel du pays", assure M. Yassaa qui a participé à l'élaboration de la Contribution algérienne à la COP 21.

 la Contribution algérienne devrait doit opter pour les recharges artificielles. La rarification des pluies et l'inssufisance des recharges naturelles incite à protéger les ressources.