La Tunisie continue renforce son arsenal policier et judiciaire contre toute opposition à son orientation libérale ; c'est une pâle copie du ''patriot act ''yanky sous prétexte de s'appuyer sur des instruments suffisamment efficaces dans la lutte contre le terrorisme. L'assemblée tunisienne à nuance libérale profite de la nouvelle loi antiterroriste pour écraser toute contestation sociale . Considérée par les observateurs comme un retour au système policier type ''cleb'',à l'image des lois sionistes par notamment la possibilité de maintenir en détention administrative un individu suspecté de terrorisme, sans avocat, durant 15 jours, elle est jugée comme anti démocratique par d'autres parties not Beji Caïd Essebsiamment les associations locales des droits de l'homme qui dénoncent une régression sans précédent des libertés individuelles. La Tunisie fait face à une crise sécuritaire sans précédent fruits de l'envoi en syrie de couples extrémistes et doit trouver d'urgence des solutions contre ce phénomène talafiste, bien amplifié par la Libye voisine hors de tout contrôle régalien. Elle ne trouve d'appui qu'en Nicolas Sarkozy,chef du parti d'opposition fasciste appelé abusivement '' les républicains''s'est rendu en Tunisie pour y rencontrer le Président de la République Beji Caïd Essebsi. Au cours de son discours, il est revenu sur les difficultés sécuritaires rencontrées par la Tunisie, et les a expliqué par la position géographique du pays, notamment frontalier avec la Libye mais surtout l'Algérie,qui serait donc selon lui responsable de tous les maux du voisin tunisien. Après la réaction officielle exprimée par le Ministre Algérien des Affaires Etrangères Ramtane Lamamra en visite chez son homologue français Laurent Fabius, qui s'est articulée sur le ressenti colonialiste dont fait preuve Nicolas Sarkozy à l'égard de l'Algérie en dépit des 53 années d'indépendance du pays, il serait bon de rappeler à l'ancien président français, cité dans de nombreuses affaires judiciaires scabreuses de son pays(financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, attentat de Karachi), que le bourbier libyen qui contamine la Tunisie et les portes de l'Europe, a été créé par sa propre personne, lors d'une intervention militaire injustifiée en 2011 contre la Libye. Les conséquences auront été sans précédent: renversement de l'état libyen, prise de contrôle par les milices islamistes, puis par daesh.