Le Drabki a encore fait des siennes en donnant une nouvelle ruade à la cohésion nationale et en citant un fait historique c'est à dire d'avant laccord d'Evian  la division de l'Algérie selon le souhait de la France coloniale avant 1962 et on arrive pas à comprendre comment ce furoncle reste au sommet d'un parti que les citoyens espèrent rassembleur. 

C'est encore la division au FLN. Le drabki exploite des faits divers  pour utiliser son paléo encéphale aussi  exiguë que sa salle de réunion et inciter à la division comme l'a toujours souhaité la France d'hier et d'aujourd'hui une salle très, il ose évoquer le «printemps arabe» que tout un peuple noble refuse .
; et il ose insinuer :«C'est dans le Sud que les richesses de l'Algérie se trouvent. C'est pour cette raison que la sécurité du Sud nous intéresse. Au FLN, nous prenons très au sérieux la question», oubliant par là que c'est l'ANP qui assure l'intégrité territoriale alors que la France encourage des imbéciles de mercenaires à nous diviser .

Cette incitation va jusqu'à un forcing à la tête de l'APN dont pour une fois le président Ould Khelifa n'a pas cédé aux pressions  : il s'agissait de faire un putsch au vice président Mouad Bouchareb et le remplacer par un khobziste .Le bureau de l'APN s'est réuni lundi dernier en présence du vice-président Mouad Bouchareb. Ce dernier a été exclu du groupe parlementaire du parti par la direction de Saâdani en novembre dernier pour avoir pris position contre Amar Saâdani en participant à la campagne pour sa déchéance menée par plusieurs députés. Pour cette raison, la direction du parti a tenté de l'écarter du bureau de l'assemblée et le remplacer par un autre député, mais en vain.