De nombreux parlementaires FLN se sont rassemblés dans un sit in à l'APN pour dénoncer les agissements et "abus"  de Amar Saidani. Ce dernier réunissant ce 26 novembre 2014 à l'Aurassi ses  adeptes parlementaires a dans un excès de colère fustigé les journeaux francophiles Elwatan et "El khatar"qualifiés de" lourds" qui selon lui déforment la "vérité".  Ils étaient 188 députés et 36 sénateurs assister à ce scénario pour le culte de "personnalité de Saidani".

Selon  Amar Saïdani qui a exhorté les parlementaires à " parler librement en toute démocratie" et et a dénoncer les journeaux francophiles Elwatan et "El khatar" « une certaine presse qui dit des choses sur le FLN qui ne sont pas vraies », notamment les divergences entre les cadres du parti, le retrait de confiance qui toucherait son premier responsable;  un sénateur de de Bejaia  s’est prend à ces collègues parlementaire qui ne « méritent pas le salaire » qu’ils touchent et accuse le parti de s’être renfermé sur lui-même, recommandant au secrétaire général de « se ressaisir » pour assaisinr la situation au sein du parti  et accuse le parti de s’être renfermé sur lui-même, recommandant au secrétaire général de « se ressaisir » pour assaisinr la situation au sein du parti.  Il a agi à l'image de parlmentaire  du FFS Chafaâ Bouaïche qui a retournés les mêmes compliments au premier responsable de la province de Béjaia ce même jour. ces compliments réciproques s'échangent dans une atmosphère cordiale et pas dans un ring de pugilat. Mais on ne se fait pas respecter par une excès de compliments; bien au contraire, tous les sous préfets de Ksar Chellala qui ont choisi à ce jour  cette attitude très "courtoise" envers les administrés ont connu des malheurs. Un seul en est sorti indemne en raison de son suivi de proximité . A ce sujet je réétire que la famille Gaouar a fait survivre le tapis de Tlemcen comme l'indique notre article http://saidabiida.canalblog.com/archives/2014/11/21/31001346.html

Le parlementaires de Il s’est prend à ces collègues parlementaire qui ne « méritent pas le salaire » qu’ils touchent et accuse le parti de s’être renfermé sur lui-même, recommandant au secrétaire général de « se ressaisir » pour assaisinr la situation au sein du parti. La réponse de Amar Saïdani n’a pas tardé. s'est pris à Il s’est prend à ces collègues parlementaire qui ne « méritent pas le salaire » qu’ils touchent et accuse le parti de s’être renfermé sur lui-même, recommandant au secrétaire général de « se ressaisir » pour assaisinr la situation au sein du parti. La réponse de Amar Saïdani n’a pas tardé.

« Notre parti est malade », a-t-il martelé,soulignant que « le FLN a besoin d’une thérapie de choc ». Selon lui, « les ennemis du FLN se trouvent en son sein », et le député de contester le choix porté sur certains mouhafedh, installés récemment à la faveur du nouveau découpage organique du parti. Il dira que lui, sénateur de Béjaïa, militant du FLN de Béjaïa n’a pas été consulté. Ce qui, a-til affirmé, est « voulu » ceux qui veulent la « fracture du vieux parti. L’exclusion est voulue », accuse-t-il, alors que le parti est « un réservoir de compétences ».