Après 23 jours de guerre contre Gaza et des bombardements intenses, les réactions internationales et surtout arabes sont lâches donc complice des criminels sionistes. Peu de pays condamnent les bombardements et encore moins de pays osent prendre des sanctions diplomatiques. La France, l’Allemagne, la Grande Bretagne et d’autres pays Européens se sont abstenus de voter une résolution de l’ONU ayant pour objectif de déterminer la liste .

A l'pposé de la diplomatie de l’aplaventrisme qui a choqué un grand nombre de français, le Président Bolivien Evo Morales après son projet d'attaquer au CPI l'entité sioniste pour crime contre l'humanité inscrit cet apartheid sioniste sur la liste des terroristes.

 

« Nous déclarons (Israël) Etat terroriste »

Cette docilité à l’égard d’israélienne et de sa politique barbare n’est pourtant pas une fatalité. Cette semaine plusieurs d’Amérique Latine ont rappelé leur ambassadeur en Israël. Plus fort encore, le Président Bolivien Evo Morales a annoncé ce mercredi avoir placé l’Etat d’Israël sur la liste des Etats terroristes, ainsi il a déclaré « Nous déclarons (Israël) Etat terroriste » ajoutant  »L’offensive à Gaza montre qu’Israël ne garantit pas les principes du respect de la vie humaine, et les préceptes des droits qui gouvernent la coexistence paisible et harmonieuse de la communauté internationale.« .

La Bolivie a par ailleurs rompu un accord datant de 1972 qui permettait aux citoyens israéliens de se rendre en Bolivie sans VISA. Un signal diplomatique fort envoyé à Israël qui s’est dit déçu.

 

Une décision courageuse prise par Evo Morales en tout cas plus digne que celles des monarques arabes du Golfe persique

Le Brésil rappelle son ambassadeur à Tel-Aviv, et condamne l'agression sur Gaza.
Le ministère des Affaires étrangères brésilien a déclaré dans un communiqué publié sur son site Internet mercredi: "Nous condamnons fermement l'usage disproportionné de la force par" Israël "dans la bande de Gaza, qui ont fait un grand nombre de victimes civiles, notamment les femmes et les enfants. "
Le Brésil est le deuxième pays à avoir rappeler son ambassadeur en "Israël", après l'Équateur qui l'a fait plus tôt cette semaine.