saidabiida

22 juillet 2017

France israel Palestine: Shlomo Sand " les juifs ne sont pas des sionistes qui se comprotent pire que les nazis voir vidéo

la vidéo qui dévoile la sauvage barbarie des sionistes plus criminels que les nazis

https://www.facebook.com/100009173449574/videos/1823475411301556/

 la lettre de Lettre ouverte de l'historien Shlomo Sand, historien israélien à Emmanuel Macron

En commençant à lire votre discours sur la commémoration de la rafle du Vel’d’hiv, j’ai éprouvé de la reconnaissance de vos aveux sur dans la déportation des juifs vers les camps de la mort, vous avez pris une position claire et dénuée d’ambiguïté : oui la France est responsable de la déportation, oui il y a bien eu un antisémitisme, en France, avant et après la seconde guerre mondiale. J’ai vu ces positions comme étant en continuité avec votre courageuse déclaration faite en Algérie, selon laquelle le colonialisme constitue un crime contre l’humanité.

Pour être tout à fait franc, j’ai été plutôt agacé par le fait que vous ayez invité Benjamin Netanyahou, qui est incontestablement à ranger dans la catégorie des oppresseurs à l'image des nazis, et ne saurait donc s’afficher en représentant des victimes d’hier. Certes, je connais depuis longtemps l’impossibilité de séparer la mémoire de la politique. Peut-être déployez-vous une stratégie sophistiquée, encore non révélée, visant à contribuer à la réalisation d’un compromis équitable, au Proche-Orient ?

J’ai cessé de vous comprendre lorsqu’au cours de votre discours, vous avez déclaré que :

« L’antisionisme… est la forme réinventée de l’antisémitisme ». Cette déclaration avait-elle pour but de complaire à votre invité, ou bien est-ce purement et simplement une marque d’inculture politique ? L’ancien étudiant en philosophie, l’assistant de Paul Ricœur a-t-il si peu lu de livres d’histoire, au point d’ignorer que nombre de juifs, ou de descendants de filiation juive se sont toujours opposés au sionisme sans, pour autant, être antisémites ? Je fais ici référence à presque tous les anciens grands rabbins, mais aussi, aux prises de position d’une partie du judaïsme orthodoxe contemporain. J’ai également en mémoire des personnalités telles Marek Edelman, l’un des dirigeants rescapé de l’insurrection du ghetto de Varsovie, ou encore les communistes d’origine juive, résistants du groupe Manouchian, qui ont péri. Je pense aussi à mon ami et professeur : Pierre Vidal-Naquet, et à d’autres grands historiens ou sociologues comme Eric Hobsbawm et Maxime Rodinson dont les écrits et le souvenir me sont chers, ou encore à Edgar Morin.

Enfin, je me demande si, sincèrement, vous attendez des Palestiniens qu’ils ne soient pas antisionistes !

Je suppose, toutefois, que vous n’appréciez pas particulièrement les gens de gauche, ni, peut-être, les Palestiniens ; aussi, sachant que vous avez travaillé à la banque juive Rothschild, je livre ici une citation de Nathan Rothschild, président de l’union des synagogues en Grande-Bretagne, et premier juif à avoir été nommé Lord au Royaume Uni, dont il devint également la gouverneur de la banque. Dans une lettre adressée, en 1903, à Théodore Herzl, le talentueux banquier écrit : « Je vous le dis en toute franchise : je tremble à l’idée de la fondation d’une colonie juive au plein sens du terme. Une telle colonie deviendrait un ghetto, avec tous les préjugés d’un ghetto. Un petit, tout petit, Etat juif, dévot et non libéral, qui rejettera le Chrétien et l’étranger. » Rothschild s’est, peut-être, trompé dans sa prophétie, mais une chose est sûre, cependant : il n’était pas antisémite !

Tout d’abord, le sionisme n’est pas le judaïsme, contre lequel il constitue même une révolte radicale. Tout au long des siècles, les juifs pieux ont nourri une profonde ferveur envers leur terre sainte, plus particulièrement pour Jérusalem, mais ils s’en sont tenus au précepte talmudique qui leur intimait de ne pas y émigrer collectivement, avant la venue du Messie. En effet, la terre n’appartient pas aux juifs mais à Dieu. Dieu a donné et Dieu a repris, et lorsqu’il le voudra, il enverra le Messie pour restituer. Quand le sionisme est apparu, il a enlevé de son siège le « Tout Puissant », pour lui substituer le sujet humain actif.

Chacun de nous peut se prononcer sur le point de savoir si le projet de créer un Etat juif exclusif sur un morceau de territoire ultra-majoritairement peuplé d’Arabes, est une idée morale. En 1917, la Palestine comptait 700.000 musulmans et chrétiens arabes et environ 60.000 juifs dont la moitié étaient opposés au sionisme. Jusqu’alors, les masses du peuple yiddish, voulant fuir les pogroms de l’empire Russe, avaient préféré émigrer vers le continent américain, que deux millions atteignirent effectivement, échappant ainsi aux persécutions nazies (et à celles du régime de Vichy).

En 1948, il y avait en Palestine : 650 000 juifs et 1,3 million de musulmans et chrétiens arabes dont 700.000 devinrent des réfugiés : c’est sur ces bases démographiques qu’est né l’Etat d’Israël. Malgré cela, et dans le contexte de l’extermination des juifs d’Europe, nombre d’antisionistes sont parvenus à la conclusion que si l’on ne veut pas créer de nouvelles tragédies, il convient de considérer l’Etat d’Israël comme un fait accompli irréversible. Un enfant né d’un viol a bien le droit de vivre, mais que se passe-t-il si cet enfant marche sur les traces de son père ?

Et vint l’année 1967 : depuis lors Israël règne sur 5,5 millions de Palestiniens, privés de droits civiques, politiques et sociaux. Ils sont assujettis par Israël à un contrôle militaire : pour une partie d’entre eux, dans une sorte de « réserve d’Indiens » en Cisjordanie, tandis que d’autres sont enfermés dans un « réserve de barbelés » à Gaza (70% de ceux-ci sont des réfugiés ou des descendants de réfugiés). Israël, qui ne cesse de proclamer son désir de paix, considère les territoires conquis en 1967 comme faisant intégralement partie de « la terre d’Israël », et s’y comporte selon son bon vouloir : jusqu’à présent, 600 000 colons israéliens juifs y ont été installés….et cela n’est pas terminé !

Est-cela le sionisme d’aujourd’hui ? Non ! Répondront mes amis de la gauche sioniste qui ne cesse de se rétrécir, et ils diront qu’il faut mettre fin à la dynamique de la colonisation sioniste, qu’un petit Etat palestinien étroit doit être constitué à côté de l’Etat d’Israël, que l’objectif du sionisme était de fonder un Etat où les juifs exerceront la souveraineté sur eux-mêmes, et non pas de conquérir dans sa totalité « l’antique patrie ». Et le plus dangereux dans tout cela, à leurs yeux : l’annexion des territoires occupé constitue une menace pour Israël en tant qu’Etat juif.

Voici précisément le moment de vous expliquer pourquoi je vous écris, et pourquoi, je me définis comme non-sioniste, ou antisioniste, sans pour autant devenir antijuif. Votre parti politique inscrit, dans son intitulé : « La République », c’est pourquoi je présume que vous êtes un fervent républicain. Et dussé-je vous étonner : c’est aussi mon cas. Donc, étant démocrate et républicain, je ne puis, comme le font sans exception tous les sionistes, de droite comme de gauche, soutenir un Etat juif. Le Ministère de l’Intérieur israélien recense 75% de ses citoyens comme juifs, 21% comme musulmans et chrétiens arabes et 4% comme « autres » (sic). Or, selon l’esprit de ses lois, Israël n’appartient pas à l’ensemble des Israéliens, mais aux juifs du monde entier qui n’ont pas l’intention de venir y vivre.

Ainsi, par exemple, Israël appartient beaucoup plus à Bernard Henry-Lévy et à Alain Finkielkraut qu’à mes étudiants palestino-israéliens qui s’expriment en hébreu, parfois mieux que moi-même ! Israël espère aussi qu’un jour viendra où tous les gens du CRIF, et leurs « supporters » y émigreront ! Je connais même des français antisémites que cette perspective enchante ! En revanche, on a pu entendre deux ministres israéliens, proches de Benjamin Nétanyahou, émettre l’idée selon laquelle il faut encourager le « transfert » des Israéliens arabes, sans que personne n’ait émis la demande qu’ils démissionnent de leurs fonctions.

Voilà pourquoi, Monsieur le Président, je ne peux pas être sioniste. Je suis un citoyen désireux que l’Etat dans lequel il vit soit une République israélienne, et non pas un Etat communautaire juif. Descendant de juifs qui ont tant souffert de discriminations, je ne veux pas vivre dans un Etat, qui, par son autodéfinition, fait de moi un citoyen doté de privilèges. A votre avis, Monsieur le Président : cela fait-il de moi un antisémite ?

Posté par saidabiida à 20:26 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


17 juillet 2017

Saudi Arabia Hamas Hezbollah: Saudi Arabia has no dignity except to kneel before Westerners

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et chaussures

المملكة العربية السعودية لديها كرامة من على الركوع أمام الغربية


في القدس...... سقط شهيد...... لم يترحم عليه ال سعود.
في بلاد الحرمين....سقط نعال بنت الرئيس الأمريكي...
انحنت رؤوس له..... يا رب ليس لنا سواك.

15 juillet 2017

Ministère des affaires religieuses: Mohamed Aïssa a offert aux barbares saoudiens une brèche pour nous traîner dans la boue


Mohamed Aïssa a offert aux barbares de l'Arabie Yahoudite  une brèche pour nous traîner dans la boue: l'idolatrie en absence de vigilance
Je pense que ce qui nous manque dans tous les secteurs civils c'est l'absence de discipline: le seul secteur avec qui j'ai eu le plaisir de travailler ce sont les forestiers qui ont été les seuls artisans du renouveau rural. il faut dire que le niveau très bas des fonctionnaires des Mosquées a permis à des agents d'entretiens de se muer en Imams-marabouts favorisant le commerce à outrance de la Roqia et chassant de nos mosquées nos enfants proie de la déperdition; il faut des Imams comme ceux que nous avons exportés en France pour une culture saine au sein de la Mosquée; nos Imams sont générateurs d'absentéisme et d'activités lucratives anti spirituelles. Il faut la discipline de Nouria Benghebrit dans la Mosquée

Algérie/Provocation de L' Ambassadeur de L'Arabie Saoudite en Algérie/TORINO.

13 juillet 2017

Algeria Saudi Arabia: Saudi pig Sami Bin Abdullah Al-Saleh caused anger by qualifying Hamas as a “terrorist” movement

Ce sont les harkis de Ramallah que l’ambassadeur saoudien en Algérie veut défendre mais ce porc de Sami ben Abdullah Al- Saleh qui a taxé le mouvement de résistance palestinien Hamas d’organisation terroriste ce 11 juillet 2017 , a irrité les algériens , les médias et les différents partis politiques algériens, a rapporté la télévision libanaise al-Mayadeen. Ces derniers ont réclamé sa convocation de la part du ministère algérien des AE, Abdelkader Messahel, qui tarde à réagir

Ces assertions ont été violemment repoussées par les activistes algériens sur les réseaux sociaux qui ont lancé comme hashtag «Bien sûr c’est une résistance » et « Hamas est une résistance non pas du  terrorisme ».

Al-Saleh avait affirmé au cours d’une interview télévisée : «le droit de résistance est garanti par l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et non pas ceux qui habitent dans un hôtel cinq étoiles à Qatar».

resistance_hamas2

Le parti estime, dans un communiqué diffusé sur son site officiel, que le diplomate «a passé outre toutes les chartes arabes et internationale garantissant au peuple le droit de mener la résistance, sous toutes ses formes, contre l’occupant». Le MSP qualifie cette déclaration d’«atteinte» et d’«insulte» à la Révolution algérienne et à ses martyrs. Enfin, le parti islamiste algérien exige des excuses publiques de l’ambassadeur saoudien au peuple algérien d’abord, puis au peuple palestinien et à l’ensemble des pays arabes et musulmans.

08 juillet 2017

Maroc ONU Libye France: l'ONU accuse le roi du Maroc d'avoir détourné 560 millions de dollars appartenant à la Libye

Résultat de recherche d'images pour "roi maroc mohamed 6 malade"le roi Mohamed 6 escroc notoire

Le Maroc a détourné 560 millions de dollars appartenant à la Libye selon l'ONU: 560 millions de dollars appartenant à la Libye d'avant colonisation française ont été détournés vers le Maroc, via une société dont le siège se trouve à Sala Al Djadida, l'ONU chargée d’enquêter sur le devenir de l’argent de la Libye après l’assassinat odieux du leader Mouammar Kadhafi en avril 2012 a révélé ce vol commis l'indigne roi du Maroc.

Il est évodent que le général Haftar nouveau dictateur des Jordhanes-rats libyen va demander au Maroc vpleur de restituer cete argent

Posté par saidabiida à 16:08 - Permalien [#]
Tags : , , ,


01 juillet 2017

Agriculture Algérie: Ecballium elaterium, une plante povuant êtres exploitée pour son parfum et alcool fin

attention ne touchez pas aux bourgeons floraux avec la main ça éclate dans les yeux libérant un parfum qui peut aveugler

Posté par saidabiida à 21:07 - Permalien [#]

28 juin 2017

Ksar Chellala wilaya Tiaret: un entrepreneur détruit tout sur l'avenue volontariat et reste aux abonnés absents

L’image contient peut-être : plein airSuite à notre article, l'APC de Ksar Challala se réveille met enfin en garde un entrepreneur en abandon de travaux sur l'avenue Volontariat défoncée L’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : arbre, ciel et plein airL’image contient peut-être : chaussures et plein air

Allah a créé l'arbre pour son ombrage ,son fruit , son huile et pour nous sauver de la sécheresse et de la maladie, mais Dieu ne peut pas sauver arbres des fous ignards. Le mont de Ksar Challala est la seule montagne déboisée et à Adjermaia, les Chameliers ont arraché des milliers d'oliviers, l'APC a laissé un entrepreneur arracher des centaines de lauriers et en passant détruire un trottoir et la chaussée après une absence à ce jour de 75 jours

Suite à notre article, l'APC de Ksar Challala se réveille met enfin en garde un entrepreneur en abandon de travaux sur l'avenue Volontariat défoncée 

Abdeslam Bentouati, chef de daira de ksar chellala, daira de ksar chellala, wali de tiaret

Posté par saidabiida à 21:50 - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 juin 2017

session de rattrapage Bac: Abdelmadjid Tebboune encourage le laisser -aller au BAC été mieux organisé le Bac en France

Abdelmadjid Tebboune encourage le laisser -aller au bac; c’est Une très mauvaise décision d’encourager les indiscipliné; le Bac algérien a été mieux organisé que le Bac français; je réitère que les retardataires ont tord; non au rattrapage du BAC c’est injuste pour les autres: une injustice pour ceux qui ont respecté le règlement malgré la rigueur d RAMADHAN; il faut que le règlement s’applique à tous; cette decision d’organiser une deuxième session soit disant pour les « seuls retardataires » n’est pas une solution mais bel et bien un problème supplémentaire! certains pensent même que c’est « populiste », il y aura des soubresauts et des convulsions dans le secteur,; Tebboune a tord de contredire Benghebrit et Abelmajid Teboune veut torpiller l’institution du BAC que son frère dirigeait avec une bonne maîtrise; les retardataires n’ont droit à aucune défense.

21 juin 2017

FLN football Histoire Algérie: L'Histoire des Hommes qui ont fait l'Algérie !

L'Histoire des Hommes qui ont fait l'Algérie !

Le 12 avril 1958, deux joueurs algériens, Mokhtar Arribi (Lens) et Adbelhamid Kermali (Olympique lyonnais), vont à la rencontre de la star de Saint-Etienne, qui règne à l’époque en maître sur le championnat français, Rachid Mekhloufi, à la veille d’un match contre Béziers, et lui disent : "Demain, on s’en va". Rachid Mekhloufi ne rechigne pas. Le 14 avril, les trois compères prennent la tangente, direction la Suisse, puis l’Italie, et enfin la Tunisie, où ils doivent constituer l’équipe du Front de libération nationale (FLN). Ils seront 10 à rallier Tunis en catimini, entre le 12 et le 14 avril 1958, puis d’autres fournées suivront. En tout, une trentaine de joueurs rejoindront l’équipe du FLN pour servir de porte-voix au Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA).

Français : "Réveillez-vous"

En France, la disparition simultanée et massive des joueurs algériens ne passe pas inaperçue. D’autant que l’équipe de France se prépare à la Coupe du monde qui doit se dérouler en Suède quelques semaines plus tard, et compte embarquer dans ses bagages Mustapha Zitouni et Rachid Mekhloufi. La presse de l’époque titre en grosses manchettes sur la fuite des joueurs algériens. Opération réussie pour le FLN qui voulait faire un coup médiatique pour défendre la cause de l’Indépendance. "En général, à cette époque rares étaient les gens qui savaient qu’il y avait une guerre en Algérie (…) c’était le black-out", explique Rachid Mekhloufi dans un entretien vidéo réalisé par Génériques. C’était une action politique pour dire au peuple français : "Réveillez-vous ! Il y a une guerre qui est en train de se dérouler !" C’est un ancien footballeur, Mohamed Boumezrag (Bordeaux, Le Mans), qui a organisé la fuite des joueurs, et fondé l’équipe du FLN. Il eut l’idée de mettre sur pied cette équipe dès son retour des Jeux de l’Amitié organisés à Moscou en 1956.

Les autorités françaises font pression sur la FIFA et obtiennent l’interdiction de l’équipe du FLN, Interdiction que beaucoup de pays bravent et permettent à l’Algérie d’effectuer plus de 90 matchs, notamment dans les pays de l’Est de l’Europe et en Asie, pour faire connaître la cause algérienne. Cerise sur le gâteau, le FLN Tour a aussi permis a l’Algérie de réaliser de belles victoires, dont la plus marquante reste celle face à la Yougoslavie par 6 à 1. "Nous étions militants, nous étions révolutionnaires (…) C’était nos plus belles années", se rappelle Mohammed Maouche, l’un des joueurs. Figure de la révolution algérienne, Ferhat Abbas eut pour sa part cette phrase à l’adresse de l’équipe du FLN : "Vous venez de faire gagner dix ans à la cause algérienne."

Le pays avant tout

1958, la « guerre d’Algérie » bat son plein, une douzaine de joueurs algériens, dont Rachid Melkoufi, quittent la France pour rejoindre la Tunisie où s’est installé le FLN (Front de Libération National algérien). Pendant quatre ans, jusqu’en 1962, ils seront les meilleurs représentants de leur pays à l’extérieur. Durant cette période, faite de match amicaux et de tournées dans les pays amis, l’équipe du FLN deviendra un emblème de l’indépendance. Celle-ci acquise, Rachid Mekloufi vas rejoindre Saint-Etienne, le club de son cœur avec qui il était toujours sous contrat. Mais pour avoir joué dans l’équipe du FLN, Mekloufi ne put revenir en France immédiatement. Il fut donc engagé au Servette de Genève, dont l’entraîneur était l’ancien stéphanois, Jean Snella. Il put ainsi faire une période de transition avant de revenir en France. Au Servette, il apporta un titre de champion suisse.

C’est en décembre 1962, dans un climat tendu, qu’il rejouera son premier match avec les Verts, premier ballon, premier « gri-gri », le public est (re)conquis et fête avec joie le retour de son idole. L’année suivante, nouveau titre de champion de France, Rachid joue désormais milieu de terrain, organise davantage le jeu pour ses jeunes partenaires, Herbin, Larqué ou Revelli. Saison 1966-67, c’est la consécration pour l’enfant de Sétif qui remporte son troisième titre de champion et est sacré meilleur joueur du championnat de France. Nouveau titre en 1967-68 et pour son dernier match sous le maillot vert, en finale de la Coupe de France face à Bordeaux, Mekloufi réalise un doublé (victoire de Saint-Etienne 2 à 1). Puis il quitte les Verts qui vont le remplacer par un certain Salif Keita.

 

 

 

Posté par saidabiida à 13:34 - Permalien [#]
Tags : ,

20 juin 2017

Algérie France MAK: La société civile en Kabylie s’organise dans la lutte contre les apatrides du MAK

La société civile en Kabylie s’organise dans la lutte contre les apatrides du MAK, un communiqué a été publié par l’association des commerçants et comités de village d’Azazga, pour donner un avertissement aux MAKaques. 

communiqué de la société civile de Azazga

Aucun texte alternatif disponible.