saidabiida

25 avril 2018

Syrie France: le chef des forces spéciales britanniques affirme que la France a organiser un scénario de gazage à Douma

L’ancien chef des forces spéciales britanniques affirme que la France avec des "rebelles a organiser un scénario de gazage chimique à la Douma orientale. pour salir le président Al-Assad 
«Tout laisse plutôt croire que les factions affiliées d’une manière ou d’une autre à a la France et qui avaient réussi à accaparer des stocks de produits chimiques comme le chlore ou le gaz sarin, avaient tout intérêt à simuler ce genre d’attaque pour déclencher une mobilisation internationale  contre Al-Assad», avait expliqué, en substance, l’ancien patron de la marine britannique.
une des valeurs occidentales est le mensonge au profit du lobby financier sioniste n'est ce pas Emmanuel Macron 
«Pourquoi Al-Assad utiliserait des armes chimiques à l’heure qu’il est, alors qu’il a gagné la guerre ? cette analyse est partagée par de hauts gradés au sein même de l’armée américaine. Il n’y a aucune raison de croire qu’Al-Assad a ordonné une telle attaque», a expliqué l’ex-commandant en chef des forces spéciales britanniques, soulignant qu’«Al-Assad a veillé à ce que les rebelles quittent les zones occupées en autobus, après que ses troupes ont repris le contrôle totale des territoires aux mains des rebelles . Il s’agit d’une tactique visant à permettre le maintien des forces américaines en Syrie et provoquer un changement dans la stratégie des Etats-Unis dans la région, après la décision du président américain Donald Trump se désengager militairement en Syrie.».
L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan
J’aimeAfficher plus de réactions
CommenterPartager
Commentaires
Lakhdar Adem
Votre commentaire...


20 avril 2018

Poème pour ma rose velue

Heureux  que tu m'es rejointe sur le nuage du bonheur

tu sauras que nous serons bénis par le Seigneur

Nous serons à milles lieues de la peut

nous serons au pays du nirvana et de la ferveur
Seigneur, nous serons un, moi et ma fleur

Seigneur, je n'ai qu'elle, loin de toute douleur,
Seigneur, elle est ma chemise sur mon dos en sueur 
Pas un centime à mon nom, ma richesse c'est elle

On pourra entendre nos délire aile contre aile 

laissons le nuage nous 'emporter, dans ce beau ciel
oui chérie je contemplerais ses yeux miel
viens te loger dans mon coeur, ma belle
mon âme soeur, notre allégresse est réelle
on au ra plus peur, notre destin n'est pont frêle 
ce sera tout juste un lendemain meilleur
attends, chérie  je savoure ta silhouette 
formidable est ta douceur sous la couette
je te dévorerais et tu ne resteras pas muette
tu crieras :Ah ça c’est chouette
tu es un ange que mes baisers fouettent
tu vibreras ma belle alouette
tu es tout ce que je souhaite
au lit on fera moult pirouette 
chaque jour j'ajouterai une perle à ton collier
 

Posté par saidabiida à 12:45 - Permalien [#]

13 avril 2018

MDN Algérie: crash de l'avion militaire de Boufarik, Aux martyrs de Boufarik et Fontaine Fraîche

Aux martyrs de Boufarik et Fontaine Fraîche

Vous qui êtes partis avec un glorieux espoir

vous qui avez défendu honorablement notre territoire

nous protègerons, contre nos ennemis votre mémoire

vous qui auprès de Dieu méritez la gloire , 

sachez que votre trépas est gravé dans l'Histoire

loin de celle des faux, des escrocs notoire,

votre image sera béatifiée dans le purificatoire,

votre nation, nous le jurons ne connaitra déboire

Les croyants vous ont souhaiter expiatoire

n'en déplaise aux manoeuvres dilatoires

à la paix et la stabilité tant espérées , il faut y croire

12 avril 2018

France israel Palestine: l'entité sioniste n’est pas parvenu à interdire l’entrée du pays au maire de Dublin

Israël n’est pas parvenu à interdire l’entrée du pays au maire de Dublin

Alain Sorel

Mardi [10 avril 2018], Israël a tenté d’interdire l’entrée sur son territoire au maire de Dublin après que le conseil municipal a passé deux résolutions anti-Israël. Apparemment cette tentative n’a pas fonctionné à la suite d’une erreur dans l’orthographe de son nom.

 

Le conseil municipal de Dublin a voté cette semaine deux résolutions soutenant le mouvement du boycott anti-Israël et appelant le gouvernement national à expulser l’ambassadeur israélien d’Irlande.

En conséquence de ces votes, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a déclaré mardi qu’il interdirait l’entrée sur le territoire israélien au premier maire Lord de la ville, Mícheál Mac Donncha. Mac Donncha, un membre du parti de gauche Sinn Fein, prévoyait de participer à une conférence sur le statut de Jérusalem à Ramallah, à l’invitation de l’Autorité palestinienne (AP).

Mais seulement quelques minutes après la menace de Deri, Donncha a tweeté qu’il était déjà à Ramallah, déclarant au quotidient Haaretz qu’il était venu par l’aéroport Ben Gourion à Tel Aviv.

 

 

Haaretz a cité un porte-parole du ministère de l’Intérieur ayant déclaré que des officiels de la police aux frontières n’avaient pas réussi à l’arrêter, parce que l’ordre contenait apparemment une erreur d’orthographe.

Israël était en colère au sujet de deux résolutions.

Dans l’une des deux résolutions votées par les Conseillers municipaux de Dublin, on pouvait lire :

« Depuis son établissement violent en 1948 au moyen d’un nettoyage ethnique de plus de la moitié de la population indigène de Palestine, l’État d’Israël a nié aux Palestiniens leurs droits fondamentaux et a refusé de respecter le droit international ».

La résolution, proposée par le Conseiller de gauche John Lyons, se poursuit sur plusieurs niveaux d’accusations contre Israël avant de déclarer que « ce Conseil municipal soutient totalement le mouvement de Boycott, de Cession et de Sanctions pour la liberté, l’égalité et la justice ».

Le texte mentionne plus loin que Dublin coupera tous les liens d’affaire avec Hewlett Packard, en avançant l’argument que le géant de la technologie « fournit et gère une bonne partie de la structure technologique qu’Israël utilise pour maintenir son système d’apartheid et le colonialisme d’implantation sur le peuple palestinien ».

Une autre résolution, proposée par Mac Donncha, appelle le gouvernement national à expulser l’ambassadeur d’Israël, Zeev Boker.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur d’Israël, Emmanuel Nahshon, a dénoncé la résolution comme étant « de la pure absurdité » qui est du « niveau d’obscures dictatures ».

« Il y a un relent d’antisémitisme, ce n’est pas ce que vous attendriez de la capitale d’un État membre de l’UE », a-t-il écrit sur Twitter.

[...]

Mac Donncha devait arriver à Ramallah cette semaine, où il a dit vouloir « reconnaître que Jérusalem Est est la capitale désignée de la Palestine dans le cadre d’une solution à deux États, reconnue par la communauté internationale, mais que les gouvernements israéliens successifs ont empêché de mettre en place ».

Il a également voyagé dans la région pour « exprimer sa solidarité avec le peuple de Palestine qui souffre de la violence des forces israéliennes, comme on a pu en témoigner très récemment à Gaza avec la mort de manifestants », a-t-il dit à des journalistes.

[...]

À la fin janvier, le sénat irlandais a débattu mais finalement reporté le vote sur un projet de loi qui aurait criminalisé l’importation et la vente de produits des implantations.

05 avril 2018

France Algérie: Eric CANTONA dénonce la déstabilisation par le parti au gouvernement qui déstabilise le républiques arabes

Eric CANTONA dénonce la déstabilisation par le parti au gouvernement la Répression en Marche qui déstabilise le monde arabe
 
Voici les vrais responsables de nos malheurs (sarkozy, hollande et marine...). Jusqu'à Jacques CHIRAC, la France n'avait que des amis et des alliés dans le monde arabe. La France était perçue comme une nation qui partout favorisait la paix et le dialogue.
Puis Sarkozy est arrivé et tout a changé. Nos amis d'hier sont devenus nos ennemis. Nos alliés d'hier sont devenus nos adversaires d'aujourd'hui.
 
En Afghanistan, en Irak, en Libye, au Tchad, en Syrie nous avons semé la mort et la terreur. Nous avons voulu imposer "la démocratie" à coups de bombes à des peuples qui n'en veulent pas. Nous avons voulu exporter des valeurs auxquelles nous-mêmes ne croyons plus. Nous avons infligé tellement de souffrances qu'aujourd'hui nous récoltons ce que nous avons semé.
 
Nos politiciens font les guerres au lieu de s'occuper des problèmes graves de notre pays. Le chômage explose, la misère s'étend, nos retraités font les poubelles pour pouvoir survivre, notre jeunesse n'a plus d'espoir et nos gouvernements dépensent des milliards à bombarder des pays et des peuples étrangers.
 
Arrêtons de nous mêler des affaires du monde. Nous ne sommes ni des exemples à suivre ni des justiciers.
 
Il est temps d'ouvrir les yeux : à force de semer la haine, le racisme et la mort, nous, nous récoltons le terrorisme et la peur.
Et ces politiciens irresponsables qui nous conduisent vers l'abîme, ces pompiers pyromanes, profitent du terrorisme pour nous infliger l'état d'urgence, réduire nos libertés et nous dresser les uns contre les autres au risque de provoquer une guerre civile dans notre propre pays.
 
Ces politiciens qui nous gouvernent ne méritent pas notre confiance car ils nous ont tous trahis. Il n'y en a pas un pour sauver l'autre.
 
Malgré la peine immense, la légitime colère et la tristesse que nous éprouvons tous, nous devons rester lucides et unis.
Ne nous trompons pas d'ennemis et ne faisons pas payer à nos compatriotes musulmans, les conséquences de la folie guerrière de nos gouvernements. Nous sommes gouvernés par des pompiers pyromanes qui sont les vrais responsables de ce que nous sommes en train de vivre.
 
Ne nous laissons pas égarer par l'émotion et laissons plutôt place à la lucidité et la RAISON.
 
Ces politiciens ne sont pas qualifiés pour garantir notre sécurité car leur politique de guerre ne fera que favoriser encore plus le terrorisme.
 
Eric Cantona
Écrivez un message...

Posté par saidabiida à 11:40 - Permalien [#]
Tags : , , ,


04 avril 2018

France Algérie: Un chacal doré a été plusieurs fois photographié en Haute-Savoie, une parenté avec Saidani Amar

France: Un chacal doré a été plusieurs fois photographié en Haute-Savoie ces derniers mois, l'ONCFS confirme : c'est la première fois que cette espèce est observée naturellement en France. Il semble avoir une parenté avec Saidani Amar

Aucun texte alternatif disponible.

Posté par saidabiida à 16:48 - Permalien [#]

20 mars 2018

Ministère de l'éducation nationale, Algérie: les éboueurs sont plus nobles que les ordures du Cnapeste

Résultat de recherche d'images pour "ordures ville de saida Algérie"Résultat de recherche d'images pour "ordures ville de saida Algérie"
Saida: les éboueurs sont plus nobles que les ordures du Cnapeste: les éboueurs ont fait une grève pour protester contre le manque de moyens et les véhicules mais ont enlevé les ordures là où ils portent atteinte à la santé; mais les ordures du Cnapeste n'ont donné de cours de soutien prévus pa le ministère de léducation.
Les lâches du Cnapeste sont ingrats aux lycéens qui ont été solidaires; l'ennemi apprécient la trahison mais méprisent les élèves
Saida: Les éboueurs ne doivent pas être incriminés du ramassage des ordures: la wilaya de Saida comptent 25 quartiers et le nombre de camion de ramassage des ordures sidéennes n'est que de 3 camions qui font de deux quartiers par jour; 8 camions sont déclarés en panne et les autres camions sont désossées pour fournir " la pièce détachée" ; les camions en état de bouger s'arrêtent à chaque kilomètre pour être approvisionnés d'huile(2 litres) et d'eau ( 2 litres) ; les éboueurs sont motivés par la solidarité des citoyens honnêtes qui fournissent café et couscous;
Pour permettre une norme de ramassage correct des ordures , il faut au moins 13 camions neufs; à titre d'exemple, Ksar Challala qui content 11 quartiers, il y a 5 camions rénovés

Posté par saidabiida à 12:08 - Permalien [#]
Tags : , ,

09 mars 2018

Saida Histoire:Saida : qui est Bétoule Fekkar-Lambiotte ?

Saida : qui est Bétoule Fekkar-Lambiotte ?

par saidabiida @ 2010-03-25 – 08:38:48
Bétoule Fekkar-Lambiotte est musulmane. Être musulmane, c'est sa façon à elle de croire que l'homme n'est pas forcément un loup pour l'homme et que l'universel est à la portée de chacun. Prise entre deux feux – une posture qui lui va bien finalement. Presque une marque de fabrique. Fille d'un couple mixte franco-algérien,née à Saida elle a grandi dans l'Algérie coloniale en bénéficiant des privilèges de la nationalité française. Elle a vu, sans les subir, la ségrégation, le racisme, l'humiliation quotidienne des "indigènes musulmans non naturalisés". Son engagement pour la cause algérienne en est, du coup, d'autant plus remarquable. Sa vie était confortable, rien ne l'obligeait à prendre des risques. Si ce n'est son goût pour la justice. Nationaliste envers et contre tous, la guerre ne l'a pas épargnée. La femme est robuste, la torture lui écorchera tout de même l'âme et le corps.
Son engagement se fera plus discret par la suite, plus laborieux. Les questions d'éducation seront au centre de ses préoccupations. De la banlieue parisienne à Dakar. À la fin des années 1990, la création d'un islam de France, affranchi des règles archaïques, deviendra son ultime bataille. Car elle est convaincue que, une fois encore, le sort des musulmans en Algérie et ailleurs, se joue ici, en France.
Son histoire, Bétoule la maîtrise seulement aujourd'hui. Dans un français parfait aussi chic que son décor de l'Île Saint-Louis, où les antiquités asiatiques côtoient les livres d'art africain, elle la raconte à un rythme lent et régulier. Elle rédige depuis un an ses Mémoires, commencés avant une grave opération à cœur ouvert. Le titre est déjà trouvé : La Double Présence. Clin d'œil au livre culte du sociologue Abdelmalek Sayad (élève de Bourdieu), La Double Absence, qui a si bien expliqué le terrible entre-deux dans lequel l'immigration algérienne se débat.
Double, le concept phare de cette femme douce et raide. Ouverte et orgueilleuse à la fois. Changer de registre, de langue, de code, passer sans heurt de l'un à l'autre, la fillette prénommée Bétoule par son grand père – "le surnom donné à la Vierge en hommage à sa loyauté et à sa droiture" – a passé son enfance à pratiquer cet exercice. À passer les frontières. Elle est le fruit d'un mariage mixte, "le premier de tout l'Ouest oranais", entre Albertine Binder, une Alsacienne franco-allemande, et Mohammed Fekkar, un saidéen.
Bilingue de naissance, le passage d'une langue à l'autre, d'un monde à l'autre, ne la perturbe pas. Intérieurement, c'est "la joie". À l'extérieur, en revanche, le conflit est frontal. "Quand je parle arabe à l'école française, je reçois des gifles. Mais ça ne dure pas. Je comprends assez rapidement que c'est interdit." D'un camp à l'autre, elle traverse aussi les frontières de l'école. Enseignement A pour les colons et les fils de caïds, enseignement B pour les indigènes. Le premier est de bonne qualité, le second médiocre et rapide, "pour devenir berger ou artisan". À l'âge de passer le certificat d'études, ses parents choisissent pour Bétoule la nationalité française, comme sa mère, afin de la faire passer dans l'enseignement A. Elle découvre alors que le monde des A est très froid. "Je n'ai pas de copines françaises." Alors que celui des B est vibrant. "Dès que je peux, je file au quartier arabe voir mes copines. C'est tellement amusant. On fabrique des poupées avec des chiffons, on danse dans la rue, pieds nus…"
En avril 1956, la militante se fait prendre. "Je me fais arrêter pour des raisons un peu bêtes : je n'ai pas pris de nom de guerre." C'est l'arrestation d'un agent de liaison portant sur lui un message pour "Bétoule", un prénom peu courant qui l'a dévoilée, le jour de la grève générale lancée par le FLN pour mesurer son impact dans la population. "Avril 1956, c'est le ramadan, c'est aussi les vacances de Pâques. À l'époque, je n'habite pas un quartier particulièrement arabe, plutôt fifty-fifty, ce qui m'est très utile pour éviter les rafles. Je suis sur le balcon de mon appartement, je jeûne, j'attends l'appel du muezzin, lorsque je vois arriver des half-tracks qui bouchent les deux extrémités de la rue. Les flics déboulent, sautent à terre à toute vitesse, et quand je les vois s'engouffrer dans mon immeuble, je me dis : " Ouh là là, ça doit être un militant important ! " Je réalise au moment où ils forcent ma porte que c'est moi." Elle est plaquée dans l'entrée, la mitraillette pointée sur la poitrine. Son nouveau-né hurle dans son berceau, la panique et les cris envahissent l'appartement. Paris vient de signer les pleins pouvoirs à l'armée. Le moindre faux pas et c'est l'irréparable. Bétoule arrive miraculeusement à convaincre un militaire de laisser partir Mimouna avec sa fille.
La perquisition commence. Opération "tout foutre en l'air". Les livres aspergés de farine et d'huile, salis de pétrole, les matelas et les coussins éventrés. Finalement les militaires découvrent des "preuves" : sa carte d'adhérente au parti communiste datant des années de lycée. Et des pièces plus gênantes : une copie de la déclaration des non-alignés de Bandung4 et la charte du FLN. Convaincus de tenir un gros poisson, les militaires l'emmènent à l'ancienne préfecture, un lieu connu pour ses sous-sols.
Elle nie. "Des Bétoule, j'en connais plein. Communiste, ça date du lycée. Le mouvement nationaliste, je m'y intéresse dans le cadre de ma thèse en histoire contemporaine. Mais comment… Mais voyons !" Bref, du baratin . Ses justifications ne convainquent personne et elle est battue, surtout à la tête, régulièrement interrogée pendant quatre jours. Du pain comme seul repas et de l'eau sale en guise de café. Ses nerfs craquent quand ils lui montrent son marchand de légumes complètement défoncé par les coups. Mais elle ne dénonce personne. Elle sait bien ce qui l'attend sinon. "Beaucoup de militants sont devenus harkis5 après être passés par la torture."
Au petit matin du cinquième jour, vers 4 heures, les militaires la libèrent. "Ils me font sortir avant la fin du couvre-feu. Je suis pieds nus. Comme je sais que les militaires tirent dans le dos, sous prétexte de fuite, je reste assise près du portail de la sous-préfecture. Il y a un flic qui me donne des coups de pied en me disant : " Allez, lève-toi, va-t-en ! "
Quelques heures plus tard, elle convainc un taxi de l'accompagner chez elle. "La, la, ourti6, je ne veux pas de problème." Il finit par accepter une course à crédit. "L'ironie de l'histoire : c'est ma voisine, une femme de flic, qui m'a payé la course. Après, elle m'a fait une tasse de café et m'a simplement dit : " je suis contente que vous soyez revenue saine et sauve. "
Elle se retrouve à Paris de 1963 à 1966, conseiller culturel de l'Ambassade d'Algérie. Sa mission : gérer les accords de coopération culturelle, scientifique et technique. Elle trie les propositions des "pieds-verts", les coopérants français, en fonction des besoins des collèges et lycées en Algérie. Elle choisit aussi des conseillers techniques pour les ministres. Et ils sont nombreux. L'Algérie est à ce moment-là le pays des rêves les plus fous.

Algérie Histoire: ça s'est passé un 26 mars 1962, crimes de la France coloniale après le cessez le feu

ça s'est passé un 26 mars 1962

par saidabiida @ 2010-03-26 – 05:22:04
La France qui avait signé les accords dee cessez le feu à Evian le 18 mars n'a pas respecté ce cessez le feu qui prenait effet le 19mars à midi ;dans les environs de Saida ,deux moudjahidines furent tués près du pont à 3 km sur la routede Sidi Bellabès puis d'abord enterrés sur place
Le 26 mars 1962, des tirailleurs de l'armée française font plus de cinquante morts en tirant à Alger sur une foule de manifestants européens qui protestaient contre le bouclage de leur quartier. Ce bain de sang et celui du 5 juillet 1962, à Oran, est la continuité d'une série d'assassinats orchestrés aussi bien par l'armée que par l'OAS.
L'OAS (Organisation de l'Armée Secrète), créée en 1961 multiplie les attentats aveugles après le cessez-le-feu. Elle est responsable d'environ 2.400 assassinats d'Algériens.